NOA: VIN D’ARMÉNIE PRODUIT PAR SCHULER CAVES ST-JACQUES

Depuis une dizaine d’années, nous assistons à la renaissance de la production vinicole et de la culture du vin en Arménie. Plusieurs bars à vin, ouverts ces dernières années dans le centre d’Erevan, offrent un choix de vins provenant de producteurs vinicoles de plus en plus nombreux en Arménie. Actuellement, les vins arméniens sont commercialisés dans une trentaine de pays et les exportations ne cessent d’augmenter.

NOA-Noah of Areni est une marque déposée de Schuler caves St-Jacques, une entreprise familiale schwytzoise fondée en 1694, qui compte parmi les négociants en vin et vignerons les plus réputés de Suisse. La société propose une sélection de 250 vins de qualité provenant de pays différents dans ses 14 boutiques du vin et 2 restaurants en Suisse. Elle possède ses propres domaines viticoles, exploite dans ses murs un laboratoire d’analyses pour le plus stricte contrôle de qualité ainsi que pour la recherche. La maison Schuler a même une propre tonnellerie où elle fabrique artisanalement des barriques avec différents bois, tels le chêne suisse, le châtaignier, l’acacia, etc.

Pour découvrir l’histoire de NOA-Noah of Areni et les activités viticoles de Schuler caves St-Jacques en Arménie, Artzakank a rencontré le propriétaire de la société, M. Jakob Schuler.

Comment avez-vous découvert les vignes d’Arménie? C’est l’épouvantable tremblement de terre de 1988 qui m’a fait penser aux vins d’Arménie. En effet, un ami qui a travaillé dans la reconstruction de la zone sinistrée dans les années 1989-90 m’a parlé de la longue tradition vinicole arménienne. Mais j’étais le seul intéressé chez nous. Je ne trouvais pas de la sympathie pour les vins du Caucase. En 2012 j’ai visité la Géorgie et suis revenu très déçu. Le cépage Saperavi ne m’a pas plu. Ensuite, je me suis rendu en Arménie où j’ai été aussi déçu au début. J’y ai trouvé des caves formidables dernier cri, mais qui produisaient du Merlot, du Cabernet-Sauvignon, du Tempranillo et même du Sangiovese,  que l’on trouve  déjà beaucoup dans le monde. Seulement les derniers jours de ma visite j’ai trouvé dans la vallée d’Areni ce qui m’intéressait: les cépages autochtones et bibliques: le Areni et le Voskehat.

Comment avez-vous commencé à investir et à produire du vin dans ce pays?

J’ai acheté les deux premiers millésimes chez un partenaire. J’ai essayé de l’encourager à faire la taille plus sévère et de vendanger très tard. Il m’a plus ou moins suivi. Mais en 2016, j’ai vu qu’il n’était pas possible d’atteindre le vrai potentiel de ces cépages et de ces terres de cette manière. Donc, on a décidé d’acquérir des vignobles et de les travailler d’une manière rigoureusement orientée vers la qualité.

Quelles sont les particularités de vos cépages arméniens?

Le très vieux cépage Areni, dont on a trouvé les pépins dans la cave historique qui date d’il y a 6000 ans ou plus, est unique au monde. Areni a un énorme potentiel en termes d’arômes et de fruité. Il en va de même avec le blanc Voskehat. Ce sont des vraies découvertes.

Comment voyez-vous l’évolution de vos activités viticoles en Arménie?

Nous avons acheté env. 50 ha de vignes plantées et une trentaine d’hectares de terres nues. Nous travaillons très consciencieusement les vignes existantes et nous allons mettre en place de nouvelles parcelles avec la même rigueur. Dans les prochaines années nous envisageons de construire notre propre cave dans la zone de production pour ne plus devoir transporter le raisin dans la cave à Erevan. L’aventure NOA continue. Je suis ravi de pouvoir accompagner ce projet et de le développer avec mes partenaires arméniens.

Pour commander: www.schuler.ch

service-clientele@schuler.ch

Tél. 041 819 33 66

(Photos www.schuler.ch)

2019-03-29T15:33:15+02:00 29.03.19|ARMÉNIE & ARTSAKH, AUTRES, GÉNÉRAL, SUISSE-ARMÉNIE|

Laisser un commentaire