2019: UNE ANNÉE DÉCISIVE POUR LA RÉVOLUTION DE VELOURS

L’année 2018 a marqué un tournant dans l’histoire contemporaine du peuple arménien. Le soulèvement pacifique et non violent, baptisé « révolution de velours », dirigé par le député de l’opposition Nikol Pashinyan, a renversé en douceur le régime autoritaire de Serj Sargsyan et de son parti républicain. Élu Premier ministre, M. Pashinyan est parvenu à démanteler le système oligarchique, s’est lancé dans une lutte sans précédent contre la corruption, a provoqué la dissolution du Parlement et a enfin obtenu la tenue d’élections législatives anticipées, scrutin que son bloc « Mon pas » a remporté par une écrasante majorité. Ces élections libres et équitables – une première depuis plus de 20 ans – constituent le couronnement de la première phase de la révolution.

La révolution de velours, qui vise à faire émerger un nouveau système de valeurs, a favorisé la prise de conscience collective des Arméniens sur leur capacité à prendre leur destin en main et à opérer des changements dans le pays. Mais plus important encore, elle a rendu la dignité à une grande partie de la population qui, pour la première fois depuis des années, a pu aller aux urnes sans contrainte pour voter en faveur du candidat de son choix. Par ailleurs, dans un geste symbolique, les grilles des parcs du Parlement et du siège du Premier ministre sur l’avenue Baghramyan à Erevan ont été ouvertes au public, brisant ainsi les barrières et rétablissant le dialogue entre les citoyens et les autorités.

Les évènements majeurs de ces huit derniers mois ont suscité beaucoup d’émotions, d’espoirs et de vives attentes non seulement en Arménie mais aussi dans la diaspora. En effet, ces grands changements ont bouleversé aussi un grand nombre d’Arméniens de la diaspora, qui ont vécu en direct, derrière leurs écrans, les moments forts de la révolution.

Sur le plan extérieur, l’Arménie a gagné en visibilité internationale grâce à la révolution mais aussi à l’occasion de l’organisation du Sommet de la Francophonie à Erevan, avec la participation d’un grand nombre de chefs d’État. L’Arménie a figuré parmi les 25 destinations sélectionnées par le site de voyage The Travel alors que l’article sur l’Arménie intitulé « Les légendes et symboles du premier État chrétien du monde » placé sur le site russe de la BBC, réalisé par BBC Travel et BBC Future a figuré dans le « Top 10 » des articles les plus lus du site en 2018. Par ailleurs, le magazine The Economist a désigné l’Arménie « Pays de l’année 2018 ».

L’année 2019 s’annonce décisive. « Notre principale tâche en 2019 sera [de réaliser] une révolution économique et de rendre ses résultats de plus en plus visibles » a déclaré Nikol Pashinyan dans son message de vœux à l’occasion du Nouvel An et de Noël. « 2019 devrait devenir une année de victoire de l’effort personnel, une année de synthèse d’esprit et de travail » a t-il déclaré.

En ce début d’année, un vaste chantier s’ouvre en Arménie où le gouvernement devra mettre en œuvre des réformes ambitieuses dans tous les domaines pour atteindre ses objectifs. Le nouveau Parlement sera appelé à voter des lois en vue d’encourager les investissements et la création d’emplois. Il est évident que les efforts de la population sur le plan individuel joueront un rôle clé dans ce processus.

Après avoir réussi l’élection d’un nouveau Parlement qui représente la volonté populaire, il appartient maintenant au gouvernement de doter l’Arménie d’un système judiciaire, libre, indépendant et équitable, la condition sine qua non pour assurer le développement économique, la bonne gouvernance et la paix sociale dans le pays.

Malgré tous les changements intervenus dans le cadre de la révolution de velours, la situation des droits de l’homme, selon des ONG arméniennes spécialisées, laisse encore beaucoup à désirer. Un autre sujet douloureux reste le nombre de morts dans l’armée dans des circonstances non-liées aux tirs ennemis. Du 1er janvier au 30 novembre 2018, l’armée arménienne a perdu 42 soldats dont 33 sont morts suite aux suicides, dans des accidents divers tant de la route que du maniement des armes ou bien tués par leur camarades. Un travail éducatif de longue haleine sera nécessaire pour ancrer les valeurs de la révolution dans la société.

2019 sera sans doute une année très chargée pour le nouveau gouvernement et les députés nouvellement élus. Ils devront travailler sous la surveillance vigilante des citoyens qui leur ont confié le pouvoir de sortir le pays du gouffre. Nous espérons tous qu’ils réussiront leur pari avec l’aide des Arméniens à travers le monde.

Maral SIMSAR

2019-01-21T17:28:12+02:00 21.01.19|ARTICLES, ÉDITORIAL|

Laisser un commentaire